Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les troubles de l'identification sont difficiles à comprendre pour les patients et leurs familles. Chez une personne qui analyse mal son environnement visuel ou auditif, on va d'abord incriminer les yeux ou les oreilles. Beaucoup de patients agnosiques arrivent ainsi dans le cabinet du neuropsychologue remontés contre l'ophtalmologiste ou l'ORL qui ne comprennent rien à ce qui leur arrive ; ils ont ainsi changé de lunettes à plusieurs reprises ou bien disent ne plus bien entendre...

Que se passe-t-il au juste dans l'agnosie ?

Le patient entend bien et voit bien sur le plan sensoriel ; ses oreilles et ses yeux ne sont pas lésés et fonctionnent aussi parfaitement qu'avant. C'est par contre l'analyse cérébrale de ce qui est bien perçu qui se fait mal.

Une personne avec une agnosie auditive va entendre la cloche de l'église, et va décoder cette information en l'association à une autre représentation interne (et penser par exemple qu'un coq chante, ou qu'une ambulance passe)

Une personne avec une agnosie visuelle ne pourra plus analyser visuellement des objets que ses yeux perçoivent bien. Elle peut décrire avec précision les éléments constitutifs d'une image mais ne peut l'associer en une représentation interne ; ce n'est qu'après un long cheminement et par association d'idées que la personne peut identifier ce qu'il voit bien (pour identifier l'image d'un chat, l'agnosique pourra ainsi décoder ce qu'il voit par les étapes suivantes : "il a quatre boudins de haut en bas, ça doit être des pattes, ça doit être un animal… on dirait des traits dessus, ça doit être des poils… on dirait qu'il a des oreilles pointues… ça doit être un chien, ou peut-être un chat).

Il existe en fait différents types d'agnosie, des tests spécifiques permettent de connaître le type exact de difficultés que présente une personne.

L'agnosie visuelle peut s'attacher à une classe particulière d'images, par exemple les visages. On parle alors de prosopagnosie. Les familles vivent difficilement le fait que leur proche ne les reconnaisse plus visuellement.

Des rééducations sont possibles dans le cadre des agnosies visuelles mais peu connues des professionnels non spécialisés. Le centre de référence pour ces troubles neurovisuels est à la fondation Rothschild, à Paris.

http://www.edrfoundations.org/sante-fr/fondation-ophtalmologique-adolphe-de-rothschild.aspx

La prosopagnosie ou déficit d'identification des visages

Tag(s) : #5 Séquelles possibles de l'AVC, #AVC

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :