Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qu'est-ce qu'un examen neuropsychologique ?

L'examen neuropsychologique est pratiqué par un psychologue spécialisé en neuropsychologie (diplômé d'un Master II de faculté de sciences humaines). Le neuropsychologue n'est donc pas médecin, il ne prescrit pas de médicament et sa pratique ne nécessite pas d'injection ou autre acte invasif...

En quoi cela consiste ?

Tout d'abord en la rencontre d'un professionnel spécialiste des fonctions cognitives (mémoire, langage, praxies, gnosies, fonctions attentionnelles et exécutives, efficience intellectuelle globale) et du comportement humains. Le neuropsychologue va tenter de comprendre avec vous ce qui vous arrive sur le plan de votre santé en déterminant :

(1) si une atteinte du cerveau déjà identifiée (par exemple une sclérose en plaques, un traumatisme crânien, une tumeur…) peut vous gêner dans votre fonctionnement cognitif et au quotidien ou

(2) si à partir de l'entretien et des performances dans les tests que vous avez réalisés il y a lieu de s'inquiéter d'une telle atteinte organique cérébrale (par exemple une maladie dégénérative de la mémoire)

Pendant un examen neuropsychologique, le patient réalise des épreuves de mémoire, d'attention, de langage, effectue des gestes, copie des dessins… Il traite avec son cerveau du matériel en mettant en jeu des opérations cérébrales plus ou moins complexes. Les résultats dans ces épreuves sont analysées statistiquement en prenant en compte l'âge et le niveau d'études. Si les performances sont en dessous d'un seuil statistiquement déterminé, on parle de déficit.

L'examen neuropsychologique est long (approximativement deux heures) et parfois pénible. Si vous le supportez mal, parlez-en avec le psychologue qui vous reçoit, il est souvent possible de faire des pauses, voire de reporter à une date ultérieure la poursuite des épreuves.

Le neuropsychologue est formé à interpréter les résultats selon les maladies, les caractéristiques personnelles. Il peut donc prédire à l'issue de l'examen et de l'analyse des données - avec toute la prudence requise, la boule de cristal n'est pas fournie avec le titre de psychologue - si la personne rencontrée aura des difficultés gênantes pour la reprise de sa vie quotidienne, familiale, professionnelle...

Si vous venez de présenter un AVC et êtes hospitalisé en aigu, l'examen neuropsychologique peut vous être proposé de façon précoce. Ne vous inquiétez pas si vous sentez des difficultés très importantes lors de de premier examen : il est souvent biaisé par la fatigue, le stress, le choc émotionnel lié à l'AVC et à l'hospitalisation… La récupération spontanée est souvent sensible dès les premiers jours après l'AVC, il faut savoir être patient.

Une évaluation neuropsychologique précoce inventorie néanmoins des difficultés sur lesquelles concentrer les propositions de rééducation. Le neuropsychologue va poser l'indication de rééducations spécifiques en orthophonie, en ergothérapie. Il peut préciser au médecin le type d'établissement (SSR, CRF) qui vous sera le mieux profitable après l'hospitalisation.

Le neuropsychologue peut aussi du fait de sa formation de psychologue évaluer "le moral", les besoins d'accompagnement ; la dépression et l'angoisse sont très fréquents après un AVC, il s'agit de ne pas les laisser s'installer durablement.

Un examen de contrôle pourra également vous être proposé à distance pour mieux apprécier votre évolution, par exemple 6 mois à un an après l'AVC. Si vous partez en centre de rééducation fonctionnelle, un neuropsychologue pourra également effectuer lui-même des tâches à visée rééducative pour la mémoire, l'attention...

Tag(s) : #3 Prise en charge aigue, #AVC

Partager cet article

Repost 0