Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A jeun, mais pourquoi ?

Les patients arrivant en soins intensifs neurovasculaires juste après un AVC (et aussi leurs familles) ne comprennent pas toujours l'intérêt de rester à jeun : avec le repos strict au lit, le maintien à jeun ressemble fort à une double peine. Pourquoi rester à jeun ?

La paralysie faciale, la paralysie de certains muscles liés à la mastication et à la déglutition peuvent altérer le passage des aliments vers l'oesophage. Les aliments peuvent de ce fait malheureusement s'orienter vers la trachée, puis les poumons.

La fausse route expliquée par une vidéo d'une équipe clan de l'APHP (laboratoire Nutricia)

Un réflexe de toux permet parfois de rectifier le tir et au patient de ré-expulser les aliments ; c'est ce qui se passe lorsqu'on avale de travers. Ce réflexe de toux est parfois aboli après un AVC ; l'organisme se retrouve donc privé d'un moyen naturel de protection contre la fausse route.

Si les aliments poursuivent leur chemin jusqu'aux voies respiratoires, ils génèrent fréquemment des infections respiratoires qui affaiblissent le patient ou peuvent aggraver dramatiquement son état de santé.

Les familles prennent parfois difficilement conscience des risques de donner un verre d'eau ou un gâteau, d'autant que la personne désorientée peut les réclamer. Comment refuser ?

Pour donner une idée des mesures de protection à apporter à une telle situation, les soignants effectuant des soins de bouche à une personne à risque de fausse route sont vigilants à ne pas trop mouiller les compresses impliquées. Le patient peut développer une infection respiratoire rien qu'en ayant mal dégluti sa salive (une personne adulte déglutit en moyenne 500 à 1200 ml de salive - un liquide non stérile - par jour).

Tant qu'il n'y a pas de feu vert médical, il faut simplement garder en tête que rien ne doit passer par la bouche, ni aliment, ni liquide.

Ce feu vert n'interviendra qu'après un test spécifique de déglutition effectué par un professionnel de santé (orthophoniste, médecin, infirmière…).

Si des troubles de la déglutition sont détectés, l'alimentation sera adaptée tant qu'ils perdureront et une prise en charge rééducative auprès d'une orthophoniste proposée.

Tag(s) : #3 Prise en charge aigue, #9 Familles, #AVC

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :