Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les troubles du sommeil constituent également un facteur de risque de l'AVC.

Le trouble du sommeil le plus néfaste sur le plan cardiovasculaire est l'apnée du sommeil. Les personnes qui en souffrent ont souvent (mais pas toujours) un surpoids et se distinguent par des ronflements importants.

L'apnée du sommeil est un phénomène répétitif et peu connu de ceux qui la présentent (leurs proches sont de meilleurs informateurs qu'eux-mêmes) : les personnes font des pauses respiratoires pouvant aller quelques secondes (plus de 10 secondes pour la définition d'une apnée) à plusieurs minutes. Ces pauses sont nombreuses : plus de 5 par heure pour la définition de l'apnée mais pouvant aller jusqu'à 50 par heure.

La gravité de l'apnée du sommeil dépend de la fréquence des pauses respiratoires, mais aussi de leur type : apnée obstructives (un obstacle empêche la circulation de l'air mais la commande respiratoire fonctionne), apnées centrales (avec interruption de la commande respiratoire) ou association des deux.

L'apnée du sommeil peut être à l'origine de différents autres symptômes : fatigabilité, modifications du caractère (irritabilité, anxiété, dépression), troubles de la mémoire, troubles sexuels parfois…

L'apnée du sommeil peut également être responsable d'accidents de la route (somnolence).

 Le dépistage de l'apnée du sommeil s'effectue généralement dans les services dédiés (centre ou clinique du sommeil) ou de pneumologie.

Plusieurs possibilités thérapeutiques peuvent être proposées si le diagnostic d'apnée du sommeil est confirmé (chirurgie, port d'un appareil à pression positive nocturne, port d'une orthèse d'avancée mandibulaire...).

Ces pratiques paraissent parfois pénibles aux patients qui les découvrent ; elles sont d'abord décrites comme envahissantes, barbares, ridicules... Quoi qu'il en soit, les patients ayant longtemps souffert d'apnées du sommeil voient souvent leur vie transformée (moins de fatigue, un sommeil enfin réparateur, une meilleure cognition, une mieux-être accru) et n'envisagent pas le retour en arrière.

 

Pour aller plus loin, le site de la ligue pulmonaire suisse

http://www.liguepulmonaire.ch/fr/maladies-et-consequences/apnees-du-sommeil.html

Pour aller encore plus loin :
 

Un documentaire très complet de l'université Laval (Québec)

Les difficultés de sommeil peuvent à elles seules altérer le statut cardio-vasculaire : le fait de dormir peu (moins de 6 heures par but) pourrait multiplier par 4 le risque de faire un AVC. L'étude ayant montré cet effet concernait des gens ayant un indice de masse corporelle normal et ne présentant pas d'apnée du sommeil

Tag(s) : #4 Prévention, #AVC, #Santé

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :