Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'hémorragie sous-arachnoïdienne

L'hémorragie sous-arachnoïdienne (HSA) constitue 5% de tous les AVC.

Elle se situe au niveau des méninges du cerveau, c'est-à-dire les enveloppes qui entourent le cerveau et le séparent de la boite crânienne. Le cerveau baigne dans un liquide, le liquide céphalorachidien ; il est entouré de plusieurs membranes protectrices (la pie-mère, l'arachnoïde et la dure-mère). Entre la pie-mère et l'arachnoïde se situe un espace où passent les artères amenant le sang au cerveau.

L'hémorragie sous-arachnoïdienne

L'espace sous-arachnoïdienne peut être le siège d'une hémorragie dans plusieurs circonstances :

- un traumatisme crânien (en général, l'hémorragie se résorbe d'elle-même)

- la rupture d'un anévrysme, c'est-à-dire une petite malformation de l'artère qui va rompre sous l'effet d'un pic de tension

- la rupture d'une malformation artério-veineuse (les vaisseaux sanguins étaient mal construits, emberlificotés mais du coup leurs parois en étaient fragilisés et peuvent plus facilement rompre)

 

Les signes de l'HSA

L'HSA se manifeste par une douleur brutale et intense, la douleur la plus intense jamais éprouvée par les personnes qui la présentent.

Cette douleur peut s'accompagner : 

- de nausées et de vomissements en jet

- une intolérance au bruit et à la lumière

- de troubles de la vigilance pouvant aller jusqu'au coma

- de convulsions

 

L'hémorragie sous-arachnoïdienne est une urgence médicale grave. Trente à 50% des patients meurent avant leur arrivée à l'hôpital et 60% en phase aigue.

Devant ces signes, il faut appeler le 15 !

Le diagnostic va être établi à partir de plusieurs examens complémentaires (scanner, ponction lombaire, angiographie...)

Selon les cas, une intervention neurochirurgicale (par voie endovasculaire ou par ligature de l'anévrysme) sera nécessaire pour interrompre l'hémorragie.

Dans 25% des cas, la personne ayant subi une HSA aura un handicap invalidant à long terme.

Les séquelles dépendront de la souffrance cérébrale pendant la phase aigue et du développement éventuel de complications ; elles peuvent en particulier toucher le langage oral, la mémoire, la vision, l'équilibre... Les personnes ayant eu une HSA peuvent garder un mal de tête jusqu'à plusieurs mois après la prise en charge.

Pour aller plus loin, un guide complet par l'université MacGill : http://infoneuro.mcgill.ca/images/stories/Documents/subarachoidd_hem_French_14may2014.pdf

Tag(s) : #2 AVC qu'est-ce que c'est, #Diagnostic

Partager cet article

Repost 0